Des solutions simples contre les règles douloureuses!

Règles et syndromes prémenstruels

« Je suis obligée de prendre quelques jours de congé à chaque fois que j’ai mes règles. » « Les douleurs sont tellement insupportables, ça me donne la nausée ». « Je me sens mal quinze jours avant le début de mes règles, je suis trop fatiguée  pour sortir avec mes amis… »

Vous avez peut-être déjà prononcé ces phrases, ou entendu d’autres femmes le faire. Beaucoup d’entre nous souffrent de règles très pénibles (saignements abondants, irréguliers, douleurs et crampes insupportables, nausées, maux de têtes…), ainsi que de syndromes prémenstruels plus ou moins sévères et handicapants (généralement dans la semaine qui précède les règles : sautes d’humeurs, ballonnements, troubles digestifs, prise de poids, rétention d’eau, poitrine douloureuse…).

 

Malheureusement, les recherches scientifiques peinent à nous expliquer les causes de ces problèmes et les traitements proposés (souvent hormonaux, comme la pilule) soulagent les symptômes mais ne traitent pas le mal à la racine.

 

Néanmoins, dans la plupart des cas, les raisons pour laquelle nos cycles menstruels sont difficiles à vivre seraient un dérèglement hormonal et /ou une inflammation chronique. La bonne nouvelle est que ces conditions sont réversibles pour beaucoup de femmes, et qu’il est possible de les soulager grâce à quelques mesures simples d’hygiène de vie que je détaille à la fin de cet article !

 

 

Pour commencer, quelques explications que je vous encourage à lire pour mieux guérir: quelles sont les causes d’un désordre hormonal et d’une inflammation chronique ?

 

  • Un excès d’œstrogènes

Selon la période du cycle menstruel dans laquelle on se trouve, les hormones œstrogènes sont produites naturellement par le corps à plus ou moins fortes doses, tout comme les progestérones. Le ratio œstrogènes/progestérones permet au corps de prendre les bonnes décisions, comme déclencher l’ovulation ou les règles.

Cependant, dans son livre WomanCode, la gynécoloque new-yorkaise Alisa Vitti pointe du doigt un déséquilibre de ce ratio chez de nombreuses jeunes femmes, qui est susceptible de provoquer des règles très pénibles, des syndromes prémenstruels, mais aussi des troubles de la libido, et parfois des maladies plus graves qui provoquent l’infertilité.

Les raisons d’un excès d’œstrogènes dans le corps seraient un mélange de stress répété, de fatigue, et, en particulier, d’une alimentation trop riche en sucres raffinés (pain blanc, pâtes, sucreries…etc) : les sucres, en surabondance, sont stockés dans les cellules adipeuses (= le gras), y compris celles du foie. Ce dernier ne peut plus faire correctement son travail de « nettoyage » des œstrogènes, qui restent alors plus longtemps que prévu dans le corps. De plus, les cellules adipeuses, en grossissant, produisent elles-mêmes des œstrogènes en quantité !  

 

  • Une inflammation chronique

L’inflammation est un processus normal dans le corps : c’est  une réaction du système immunitaire qui permet de se défendre contre les agressions extérieures (par exemple, lorsque vous vous coupez, la zone devient d’abord rouge et brûlante, avant de se régénérer).

Le problème survient quand l’inflammation devient chronique : les agressions extérieures sont répétées et ne permettent pas au corps de guérir.

Hors, des chercheurs de l’université Davis, en Californie, ont réalisé une étude sur plus de 3300 femmes, et ont démontré que « l’inflammation peut jouer un rôle mécanique dans la plupart des syndromes prémenstruels ».

Et devinez quel sont les principales causes de l’inflammation chronique dans nos sociétés modernes ? L’alimentation, ou plutôt la malbouffe, qui agresse et affaiblit la paroi intestinale, permettant le passage dans le sang de mauvaises bactéries (entre autres).

 

  • Dans quelques cas, les règles très douloureuses peuvent avoir d’autres causes: un ou des kystes ovariens (trouble assez fréquent, qui est généralement bénin), ou encore l’endométriose (lorsque des cellules de la muqueuse utérine voyagent de l’utérus vers d’autres régions de la cavité abdominale, sans qu’on ne sache pourquoi. Cela concerne 10% des femmes). N’hésitez pas à en parler avec votre médecin ! (Source : Taking Charge Of Your Fertility, de Toni Weschler.)

 

Pour prévenir les syndromes prémenstruels et les règles trop douloureuses, vous l’aurez deviné, il est donc très important de surveiller votre alimentation et votre hygiène de vie en général :

  • La première étape est de stabiliser votre taux de sucre dans le sang, en privilégiant des aliments glucidiques riches en fibres qui se digèrent lentement et qui ne surchargeront pas de travail votre pancréas et votre foie (lire à ce sujet mon article : Maigrir sans effort grâce aux bons sucres).
  • La deuxième étape (qui va de pair avec la première), est de supprimer les aliments transformés et raffinés qui agressent vos intestins et fragilisent votre flore bactérienne. Vous pouvez télécharger (gratuitement) à la fin de cet article mon guide de l’alimentation slow pour en savoir plus sur les aliments à privilégier et ceux à éviter.
  • Si vous ne digérez pas bien certains aliments, comme les laitages par exemple, je vous conseille de les supprimer complètement, au moins pendant un cycle menstruel, afin de voir si vous vous sentez mieux !
  • Réduisez les protéines animales. Elles sont bonnes à petites doses, mais en trop grandes quantité elles favoriseraient l’inflammation chronique. (Voir mon article : Comment manger gras sans grossir ?)
  • Aidez votre corps à mieux éliminer les toxines et les œstrogènes en excès, en buvant de l’eau tout au long de la journée (gardez toujours une petite bouteille à portée de main), et en consommant des légumes verts à feuilles (ex : les épinards). Aussi, je bois souvent des infusions « Himalaya Chaï » de la marque Yogi Tea. Elles contiennent du fenouil, excellent pour l’élimination !
  • Pendant la période prémenstruelle et les règles, réduisez la caféine et l’alcool, qui peuvent aggraver les crampes intestinales.
  • Pour réduire le stress et mieux dormir la nuit – conditions indispensables pour préserver l’équilibre hormonal – faites un peu d’exercice (pas la peine de devenir un athlète de haut niveau, un peu de marche et quelques étirements chaque jour suffisent), et restez loin des « polluants nocturnes » : écrans, lumières, bruits… N’hésitez à investir dans un masque de nuit et des boules Quies si besoin !
  • Réduisez au maximum les perturbateurs endocriniens dans votre environnement, qui, par définition, empêchent vos hormones de fonctionner correctement. Cosmétiques, produits ménagers, aliments transformés, plastiques… Faites le tri ! Je propose sur mon site des recettes de cosmétiques naturelles très simples. Pour en savoir plus, je vous conseille de lire Adoptez la slow cosmétique de Julien Kaibeck.
  • Enfin, une petite astuce anti-nausée : gardez toujours un flacon d’huile essentielle de gingembre à portée de main. Quelques gouttes sur un mouchoir que vous respirerez régulièrement font des miracles !

 

En conclusion, si vous souffrez de règles très pénibles et de syndromes prémenstruels, sachez que, dans la plupart des cas, cette condition n’est pas irréversible ! N’hésitez pas à appliquer ces quelques conseils pendant quelques mois et donnez-moi des nouvelles !

Je vous embrasse les amies !

Alix, la Fiancée de la Nature.

 

Téléchargez gratuitement et en quelques secondes mon mini-guide des aliments qui préviennent les troubles menstruels en remplissant les champs ci-dessous:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour vérifier veuillez répondre à la question suivante. *