Débordé ? Désorganisé ? Désordonné ? Des astuces pour ranger sa maison une bonne fois pour toutes.

Une chambre bien rangée

Avant, j’étais un écureuil.

A l’image de ce petit rongeur qui enterre un peu partout ses réserves de noisettes, je récupérais toutes sortes de « trésors » (du photophore reçu à Noël- jamais utilisé – au manteau légué par une tante – jamais porté – en passant par les échantillons cosmétiques gratuits – jamais ouverts) et je m’entêtais à remplis à ras bord tous mes placards de ce bazar, le reléguant hors de ma vue et de mes pensées.

De temps à autres, quand les tiroirs commençaient à déborder, je me contentais de donner ou recycler quelques bidules, je réorganisais les tiroirs, et j’étais repartie pour quelques mois d’apparente tranquillité, jusqu’au débordement suivant.

Je dis « apparente tranquillité », car ce grand bazar – je m’en rendrais compte plus tard – traînait toujours dans un coin de ma tête, source de stress permanent et toujours prêt à me déborder.

 

Puis j’ai lu La Magie du Rangement, de Marie Kondo. Cette consultante japonaise a aidé des centaines de grands désordonnés à ranger leur chambre, leur frigo, leurs jouets, leurs chaussures, leur maquillage – bref – leur maison, une bonne fois pour toutes, et grâce à quelques astuces simples :

Le secret, dit-elle, est de jeter avant de ranger. Cela ne sert à rien de vouloir ordonner ses affaires si l’on en possède une montagne, car, à vouloir organiser l’inorganisable, on se retrouve vite découragé.

Donc, on jette (c’est-à-dire : on trie, on recycle, on donne).

On commence par les catégories plus faciles à trier, comme les vêtements, et on finit par les plus sentimentales, comme les lettres et les photos. On prend chaque objet dans ses mains, un par un, et on se demande si cet objet nous apporte VRAIMENT du bonheur. Si la réponse est non : dehors !

Cette opération peut paraître difficile au début, mais je peux vous dire, d’expérience, qu’on y prend goût : à mesure que je me débarrassais du superflu (j’ai passé plusieurs jours à remplir des dizaines de sacs de choses inutiles), je me suis sentie libérée d’un énorme poids. Un vrai bonheur de légèreté !

 

Ensuite, on peut commencer à ranger. Comme je m’étais séparée de la moitié de mes affaires, mes tiroirs et placards regorgeaient de place, rendant l’opération beaucoup plus simple.

Marie Kondo conseille de ranger ses affaires par catégories : tous les vêtements doivent être rassemblés au même endroit, pareil pour les stylos, les papiers, les gadgets électroniques etc… Son livre est une véritable mine d’informations : elle explique même comme plier ses chaussettes (au lieu de les rouler en boule).

 

Enfin, dernière astuce : l’auteur conseille d’effectuer ce grand rangement une bonne fois pour toutes, et non petit à petit. Ainsi, on n’a pas le temps de baisser les bras, ou d’accumuler de nouvelles choses alors qu’on essaie de se débarrasser des anciennes.

 

Et après ?

Ranger sa maison à la manière de Marie Kondo permet de revenir à l’essentiel. Ainsi débarrassé du superflu, on apprend à respecter les objets que l’on possède, et à repenser son mode de consommation : je ne garde plus les choses dont je ne me servirai pas, je n’achète plus « inutile » (= économies), et, pour la première fois cette année, je savais exactement ce dont j’avais besoin  à Noël (une paire de chaussons, un album photo, un thermos).

Et surtout, mon appartement n’est plus une source de stress, mais l’endroit où j’aime me reposer et décompresser.

 

Et vous ? Vous arrive-t-il de vous laisser déborder par votre propre maison ? Racontez-moi votre expérience !

 

Je vous embrasse les amis,

 

Alix, La Fiancée de la Nature.

3 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Lina

    Je suis tout à fait d'accord avec cet article ! C'est vraiment une sensation de liberté de se débarasser du superflu. Beaucoup plus facile de déménager mille fois dans sa vie aussi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour vérifier veuillez répondre à la question suivante. *